11 novembre 1940 : les lycéens patriotes résistent aux nazis

Cet article a été publié dans « A Gauche »

Nous sommes le 11 novembre 1940. Paris est occupée par les nazis depuis 5 mois. Le maréchal Pétain a rencontré Hitler à Montoire le 24 octobre et s’engage dans la voie de la collaboration. Sur les murs de la ville, des affiches de la Kommandantur annoncent « l’interdiction sous toutes les formes d’un souvenir insultant pour le Reich et attentatoire à l’honneur de la Wehrmacht ».

Les journaux relaient depuis la veille un communiqué de la préfecture de police de Paris : « Les administrations publiques et les entreprises privées travailleront normalement le 11 novembre à Paris et dans le département de la Seine. Les cérémonies commémoratives n’auront pas lieu. Aucune démonstration publique ne sera tolérée ».

Pourtant, depuis quelques jours, circule dans les lycées de Paris un appel ainsi rédigé :

11 novembre 1940 mot

« Étudiant de France ! Le 11 novembre est resté pour toi jour de Fête nationale. Malgré l’ordre des autorités opprimantes, il sera Jour de recueillement. Tu n’assisteras à aucun cours. Tu iras honorer le Soldat Inconnu, 17h30. Le 11 novembre 1918 fut le jour d’une grande victoire. Le 11 novembre 1940 sera le signal d’une plus grande encore. Tous les étudiants sont solidaires pour que vive la France ! Recopie ces lignes et diffuses-les ».

La flamme de la Résistance se met à briller. Il est 16h00. Déjà, des lycéens arrivent place de l’Etoile, bientôt rejoints par d’autres. À 17h00, ils sont entre 3 000 et 5 000 pour célébrer la mémoire du Soldat inconnu et la fin de la Première Guerre Mondiale. En dépit des risques, ils chantent la Marseillaise ou crient « Vive la France ! ».

La répression est terrible. L’armée allemande répond d’abord à coup de crosse puis tire dans la foule. Au moins quinze personnes sont blessées, donc cinq gravement. Deux-cent lycéens sont arrêtés et, selon la Radio de Londres, onze d’entre eux sont fusillés.

En décembre 1943, Camus écrit, dans ses Lettres à un ami allemand : « C’est ce désespérant espoir qui nous soutient dans les heures difficiles : nos camarades seront plus patients que les bourreaux et plus nombreux que les balles ».

C’est ce qu’on montré les lycéens patriotes du 11 novembre 1940.

Vous pouvez partager cet article sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons situés ci-dessous et le commenter en utilisant la boîte de dialogue située ci-dessous. Si vous le souhaitez, vous pouvez également vous abonner à mon blog pour recevoir par mail mes prochains articles.

 

Les articles ci-dessous sont proposés par un éditeur publicitaire.

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

Un commentaire

  1. Merci Antoine pour ce rappel historique. Et pour empêcher qu’on dise un jour :« L’Histoire toute entière était un palimpseste gratté et réécrit aussi souvent que c’était nécessaire. » (in 1984)

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*