baisses impots propagande gouvernement argent public

Baisses d’impôts : le gouvernement paie sa propagande avec notre argent

En rentrant chez moi aujourd’hui, je découvre une enveloppe avec écrit dessus « direction générale des finances publiques ». Bon. Généralement, c’est le moment où on se dit qu’on va devoir sortir le chéquier. Mais payer ses impôts, c’est permettre d’avoir des services publics d’éducation, de santé, de sécurité et ainsi de suite. Alors, sur le moment, ça ne fait pas plaisir, mais on fait son devoir de citoyen. Et si on pense à tout ce qu’on a reçu, qu’on reçoit et qu’on recevra de la solidarité nationale, on se dit que, l’un dans l’autre, on n’est pas si perdant que ça.

J’ouvre la lettre. Et là je dois dire que je suis un peu surpris. Je m’attendais à une nouvelle du genre « en fait, on s’est trompés, vous devez donner plus ». Mais non, pas du tout ! Jugez plutôt :

impots

Cliquez pour agrandir le document.

Madame, Monsieur,

Conformément aux engagements du Gouvernement, la loi de finances pour 2015 a allégé l’impôt sur le revenu pour les contribuables disposant de revenus modestes ou moyens.

Le barème d’imposition de vos revenus de 2014 déclarés en 2015 a été modifié, notamment par la suppression de la première tranche d’imposition au taux de 5,5%

Compte tenu de votre situation, vous bénéficiez de ces mesures.

Votre impôt est de 743€ ; sans les mesures prises par le Gouvernement, il aurait été de 892€

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de notre considération distinguée.

Signé : Michel Sapin et Christian Echkert.

Vous avez bien lu : le gouvernement m’envoie donc une lettre, imprimée et payée par mes impôts et les vôtres, pour me dire en substance : « youpi, cette année vous payez moins d’impôts grâce à François Hollande ! ». Elle est pas belle, la propagande payée aux frais de l’État ?

Ce procédé est honteux. D’abord, parce qu’à moins de deux ans de la présidentielle, la ficelle est un peu grosse, et qu’en plus c’est moi qui la paye. Ensuite parce qu’un courrier de ce type introduit un rapport à l’impôt qui est négatif : je devrais me réjouir de payer moins alors que ce que je veux, c’est que ceux qui possèdent le plus de richesses paient plus d’impôts et pas que moi j’en paie moins. Enfin, parce que François Hollande ne m’a pas envoyé de courrier pour me dire en 2013 : « coucou, j’augmente la TVA l’année prochaine et, si on fait le calcul, chaque Français va perdre en moyenne 110€ par an ». 110€ par an sur un an et huit mois (la TVA a augmenté le 1er janvier 2014), ça fait 183€, soit  34€ de plus que les 149€ d’économies d’impôts que je fais cette année. J’ai donc payé pour cette baisse d’impôts.

Mais ça, évidemment, le courrier ne le dit pas.

Suivez-moi sur Twitter :

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

2 commentaires

  1. Je serais vraiment curieux de savoir comment vous avez déterminé que la hausse de la TVA vous coûte 110€ par an ! Il ne faut pas oublier que la TVA est restée inchangée sur les produits de première nécessité (soit 5,5%). À moins que vous n’achetiez pour plus de 32 000€ par an de produits dont la TVA a augmentée de 0,4%, mais vous feriez alors partie des gens des plus aisés !

    • Le calcul n’est pas de moi mais je crois me souvenir qu’il a été fait en divisant le gain attendu par le gouvernement par le nombre de Français. 7 milliards attendus par 65 millions d’habitants, enfants compris, cela fait 107 euros très exactement.
      Ensuite, vous oubliez que plusieurs taux intermédiaires ont été augmentés et ont connu pour certains une très forte augmentation. Quoi qu’il en soit, l’argument de l’article reste vrai : je n’ai pas reçu de lettre pour m’informer de la hausse des taux de TVA ; j’en ai reçu une, payée par mes soins, qui fait une propagande éhontée pour le gouvernement en donnant une image négative de l’impôt sur le revenu.

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*