le monde dediabolise neonazis aube doree grece

« Le Monde » dédiabolise les néonazis d’Aube dorée

Voir aussi : Pour « Le Monde », Corbyn, Sanders et Iglesias sont voués à l’échec (et Mélenchon est Voldemort)

Dans le journal Le Monde du vendredi 18 septembre 2015, on trouve en page 6 un papier intitulé : « En Grèce, profil bas pour Aube dorée ». L’article, qui s’étale sur une moitié de page, dédiabolise largement ce parti grec néonazi … le jour même où Nikolaos Michaloliakos, chef d’Aube dorée, revendique la responsabilité politique de l’assassinat du rapeur antifasciste Pavlos Fyssas[1].

Il est ainsi dit dans cet article qu’« il fut un temps où les responsables d’Aube dorée étaient moins avenants avec les journalistes étrangers » (c’est moi qui souligne). Plus loin, on nous dit qu’Ilias Kasidiaris, porte parole du parti « accueille son visiteur tout sourire » et que « le fringuant député fait aujourd’hui profil bas et se pose en martyr ». « Le parti joue l’air de l’innocence », ajoute Le Monde, même si « derrière cette apparente tranquillité, le message reste le même ». Dans le chapeau de l’article les mots du porte-parole sont repris : « Avant les élections du 20 septembre, le parti néonazi se présente comme la seule formation antisystème ».

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l'image puis indiquez votre mail dans la page qui s'ouvrira.

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l’image puis indiquez votre mail dans la page qui s’ouvrira.

Pas honteux, Le Monde affirme : « Les médias qui ouvraient complaisamment leurs portes au parti néonazi ont cessé de le faire depuis le meurtre de Pavlos Fyssas ». Du coup, c’est en toute logique que Le Monde ouvre ses colonnes à Aube dorée et consacre une demie-page à des assassins. Incroyable mais vrai. Et en l’occurrence, c’est réciproque puisque le parti néonazi a lui aussi ouvert ses portes au Monde. Un échange de bons procédés entre personnes civilisées, en somme.

Deux jours avant l’élection législative en Grèce, Le Monde décide de donner de l’audience à un parti politique néonazi et à des assassins rejetés dans leur propre pays. Faut-il y voir un choix politique ? Faut-il y voir l’avidité d’un journal qui veut faire peur à ses lecteurs avec un parti qui pourrait être la « surprise des élections » ? Faut-il y voir l’espoir purement économique de vendre du papier au lendemain du scrutin avec un titre grandiloquent du genre : « Les néonazis, surprise de l’élection en Grèce » ? C’est difficile à dire. Mais poser ces questions c’est déjà, malheureusement, y répondre.

Suivez-moi sur Twitter :

[1] On m’objectera que, publié en réalité le jeudi 17 à midi du fait du mode d’édition du Monde (imprimé le midi et daté du lendemain), les auteurs n’avaient pas encore connaissance de cette revendication qui s’est produite le jour même dans l’après-midi. Ce serait une double erreur de penser ainsi. D’abord parce que précisément, le mécanisme de dédiabolisation atténue les crimes des nazis et que ce sont ces crimes-mêmes qu’il ne faut pas oublier ; ensuite parce que l’article en ligne correspondant à l’article papier a été « mis à jour » le vendredi 18 sans que rien ne soit ajouté sur cet élément nouveau. On a pourtant pu constater, par le passé, que Le Monde n’hésitait pas à mettre une version en ligne différente de la version papier quand il s’est agi de protéger l’oligarchie européenne.

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

2 commentaires

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*