melenchon jeunes

Mélenchon : personnalité politique préférée des jeunes selon un sondage

Avertissement de lecture – L’une des thématiques principales de ce blog est la critique des médias. J’y consacre bien des articles, et les sondages n’y sont pas épargnés. L’article qui suit s’inscrit lui aussi dans cette logique. Il débute une série dont l’objectif est de mettre en avant des données de sondages dont les médias ne parlent pas, tout en le faisant sur le même mode qu’eux : un titre ronflant, une lecture des chiffres comme s’ils ne posaient aucun problème particulier (de représentativité, d’imposition de problématique…), un sens profond accordé à une variation de 1% (pourtant comprise en réalité dans la marge d’erreur d’un sondage à l’autre), etc. Un peu d’ironie fait du bien. Et puisque les médias font de Macron ou Juppé les chouchous des Français sur la base de sondages, je vais montrer ici qu’avec les mêmes données et les mêmes méthodes, on peut voir tout autre chose. Ceci éclairci, je vous souhaite une bonne lecture.

Mélenchon, chouchou des jeunes ? C’est le cas si l’on en croit un sondage Yougov pour i>Télé et le Huffington Post. Avec 26% d’opinions positives, l’homme politique qui a lancé en février le mouvement de la France insoumise est la personnalité préférée des 18-34 ans. Il devance ainsi de quatre points Alain Juppé et Emmanuel Macron, tous deux à 22%. Il distance carrément Christiane Taubira, Martine Aubry, Marine Le Pen, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et François Bayrou, tous compris dans un groupe qui va de 16% à 19% d’opinions positives.

À bien y regarder, ces résultats ne sont pas étonnants. De fait, Jean-Luc Mélenchon ne ménage pas ses efforts en direction de nos compatriotes les plus jeunes. Depuis des mois, il sillonne la France pour donner des conférences dans des universités ou des écoles. Et il rassemble à chaque fois une foule considérable de jeunes autour de lui : 400 personnes à l’ESCP le 17 février, 700 étudiants à Lille le 25 février, 600 auditeurs à Nantes le 2 mars, 400 étudiants à Rennes le lendemain, 750 personnes à Bordeaux le 6 avril… Le moins qu’on puisse dire, c’est que ses conférences font le plein à chaque fois.

C’est également du côté des mobilisations contre la loi El Khomri qu’il faut chercher pour comprendre cette popularité de Jean-Luc Mélenchon auprès des jeunes. Même s’il s’y fait discret, le tribun participe à chaque manifestation quand son agenda chargé le lui permet. Il y discute souvent longuement avec des étudiants ou lycéens du projet de loi, des modes d’actions à adopter, se prête avec amusement à des « selfies » dont les jeunes sont friands, ou encore met en avant leurs actions.

Juppé s’effondre

Autre enseignement de ce sondage : l’effondrement d’Alain Juppé chez les jeunes. En trois mois, le candidat déclaré à la primaire de la droite a perdu près de 10 points chez les 18-34 ans. Alors qu’il avait 31% d’opinions positives en janvier, il est désormais descendu à 22%. Il est vrai que contrairement à Jean-Luc Mélenchon, qui tente de convaincre les jeunes par des conférences étudiantes et des dialogues lors de manifestations, Alain Juppé cantonne son action à jouer au « beer-pong » avec des personnes déjà de son bord. Pas de quoi inverser la tendance à l’œuvre dans sa perte de popularité auprès des jeunes.

popularite juppe

Suivez-moi sur Twitter :
Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l'image puis indiquez votre mail dans la page qui s'ouvrira.

Pour vous abonner à mon blog, cliquez sur l’image puis indiquez votre mail dans la page qui s’ouvrira.

À propos de Antoine Léaument

Fondateur de la chaîne YouTube et du site « Le Bon Sens ». Responsable de la communication numérique de Jean-Luc Mélenchon.

4 commentaires

  1. Il n’y a plus qu’à attendre qu’un petit moineau se pose sur son pupitre le temps d’un discours…

  2. On se calme. 27 pour cent des mêmes jeunes ont de lui une opinion négative il subit donc le discrédit de la classe politique, même s’il tire mieux on épingle du jeu.

  3. Meurant Jean-Claude

    il n’y a pas que les jeunes il y a les anciens ce n’est pas d’aujourd’hui que la France souffre ainsi que notre planète,

Commenter cet article

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués par : *

*